Dans la même rubrique

LA MAGIE DES SEJOURS

Et voilà, un crayon à la main, une feuille de papier, des idées plein la tête et la seule chose qu’il me manque ce sont les premiers mots. Par où et comment commencer ? Il faut dire que ça fait déjà trois mois que je suis parti de la Vernée et j’ai l’impression que ça fait des années, que le temps passé là-bas n’a été qu’un rêve.

Il ne me reste plus que les souvenirs d’un séjour aux mille paillettes où le temps d’apprendre à les distinguer les unes des autres, il est déjà l’heure de partir et de revenir à la vie de tous les jours. Les souvenir d’un monde à la limite de l’imaginaire. Monde où l’on peut se tromper, faire des erreurs, apprendre et recommencer. Monde où le temps ne compte plus, où l’on peut passer de l’époque des pirates à celle du roi Arthur ou encore aux temps futur où on luttera contre des extraterrestres venus nous réduire à néant. Monde dont la magie est de nous permettre de retourner dans l’enfance tout en restant adulte (adolescent pour ceux qui ne sont pas encore adulte).

Qui n’a jamais joué aux indiens et aux gendarmes ?

Qui n’a jamais rêvé de devenir « prez ident » ?

Et pourquoi, sous prétexte que l’on est grand, on n’aurait plus le droit de faire des grimaces, de se lancer des défis complètement stupides, de se déguiser ? Parce que l’on serait vu comme des enfants aux yeux des autres ?

Et si justement l’on pouvait vivre nos rêves d’enfant sans passer pour des fous ? Si l’on pouvait être « prez ident », un pirate, mafieux, guerrier, le temps d’une journée ? Parce que dans le fond il me semble que les rdjiens, ce ne sont autre que des personnes ayant gardé leur âme d’enfant. Et même si l’on ne voit les choses de la même façon qu’un enfant, même si un contexte, une intrigue, des personnages sont mis en place, une partie de cache-cache même sous la forme d’un Dark Project reste une partie de cache-cache. D’un autre côté le fait d’être plus grand que des enfants, nous permet de mieux cerner les différents traits de caractère des personnages que l’on peut jouer. On peut ainsi donner une meilleure interprétation de son personnage. Car si l’on vient et si l’on retourne à la Vernée (sauf pour ceux qui auraient confondus multi-jeux avec multi-sport), c’est surtout pour le plaisir de pouvoir incarner des personnages dont la personnalité est hors norme. Si on me demandait un exemple, je citerai un prophète fou hurlant « la fin du monde » pour annoncer le GN, ou encore un paranoïaque qui se méfie de tout le monde et qui tue quiconque s’approche de lui à coup de pied de biche.

Si l’on ajoute à tout ceci, la bonne ambiance je crois qu’on obtient ce que l’on peut appeler « la magie de rêves de jeux ».

De façon plus concrète, les séjours à la Vernée sont avant tout une alchimie faite avec talent entre :

-   Les personnalités propres à chaque animateur ( merci Thomas, on aura toujours une petite pensée pour les oiseaux, les arbres, les fleurs, on se souviendra aussi des mini jupes de Matthieu, et bien d’autre.)
-   Leur travail fournit avant, pendant, après, jour et nuit, matin, midi et soir...tout le temps quoi !
-   Leur joie de nous faire découvrir ce qu’ils nous ont concocté
-   Le tout coordonné et dirigé de main de maître par Jipé (on dit que les soirs de pleine lune, il se transforme en grand Ptéro...)
-   Et tout ça, bien entendu, orchestré par nous autres « pauvres » stagicipants qui sommes en fait leurs cobayes et qui testons non sans risque et sans surprise ce qu’ils nous ont mijoté.

En résumé, l’on ressort des séjours à la Vernée atteint par la « folie rdjienne ».... ....A moins que cette folie n’ait toujours fait partie de nous et que RDJ nous permet tout simplement de la vivre au grand jour....

Que chacun se fasse sa propre idée.... Si ce n’est pas déjà fait.

Evelyne